Musique et Musiciens…

Les professionnels de la voix…  

 

Pous les Musiciens et la Musique  les professionnels de la voix, quant à eux, distinguent quatre façons d’émettre des sons vocaux, en rapport aux différents modes de fonctionnement du larynx, dits « mécanismes » 1:

  • Le mécanisme 0 dit voix craquée, « Fry » ou « strohbass »
  • Le mécanisme I dit « voix de poitrine », le larynx est parfaitement descendu dans la gorge, les sons sont timbrés. Exemple, la basse solo au début du Tuba Mirum du Requiem deMozart. Il correspond aux registres épais inférieur et supérieur de la médecine[réf. nécessaire].

  • Le mécanisme II dit « voix de tête » ou « falsetto », le larynx est monté dans la gorge, les sons sont minces et légers. Exemple l’« air de l’Arithmétique » dans L’Enfant et les Sortilèges deMaurice Ravel. Il correspond au registre mince et au petit registre de la médecine[réf. nécessaire].
  • Le mécanisme III dit « voix de sifflet ». Il permet de produire des sons au-delà de 1500Hz, mais est très peu utilisé en chant.

Pour s’exercer le chanteur pratique ce que l’on appelle des vocalises, exercices qui doivent amener le chanteur à une parfaite homogénéité de sa voix du grave à l’aigu.

Pour la Musique et les Musiciens.

Cette typologie est uniquement valable pour les chanteurs et chanteuses lyriques car elle implique l’utilisation d’une technique de chant classique, notamment chez les femmes avec l’usage de la voix de tête à partir d’une certaine hauteur2, tandis que la plupart des chanteuses de variété utilisent la voix de poitrine (ou voix « pleine »).

Il existe différents types de voix. On différencie communément les voix de femmes et d’enfants des voix d’hommes, les voix féminines et enfantines étant plus aiguës que les voix d’hommes (sauf exceptions) en raison de phénomènes hormonaux.

La typologie classique, reprise entre autres par Hector Berlioz dans son Traité de l’orchestration, a choisi de retenir six principaux registres (grave/médium/aigu), nommées comme suit en termes musicaux :

  • Les sopranos, ou voix aiguës de femmes et d’enfants (voire rarement d’hommes)
  • Les mezzo-sopranos, ou voix moyennes de femmes et d’enfants, voire d’hommes
  • Les altos, ou voix graves de femmes et d’enfants, voire d’hommes
  • Les ténors, ou voix aiguës d’hommes
  • Les barytons, ou voix moyennes d’hommes
  • Les basses, qui comme leur nom l’indique correspondent aux voix graves d’hommes.

Cette classification se fait en fonction du timbre, de l’épaisseur, et de la tessiture de la voix, terme utilisé en musique pour désigner une échelle sonore définie, dans laquelle la voix peut émettre des sons aisément, en gardant une homogénéité de timbre.

Certaines exceptions peuvent se rajouter à ces classifications :

  • Les contre-ténor et les haute-contre qui sont deux types différents de voix. Le premier est un ténor ou un baryton, chantant uniquement avec sa voix de tête, sauf pour le registre très grave où il passe en voix de poitrine. Le second est un ténor, utilisant occasionnellement sa voix de tête pour les aigus (ou sur-aigus) [1].
  • Certaines femmes possèdent des voix très graves, appelées « femmes ténors ». On en trouve plus en Europe de l’Est et elles sont très employées dans la musique chorale de Bulgarie.

Enfin, certaines voix virtuoses peuvent atteindre des notes extrêmement aiguës comme les sopranos légers colorature ou encore des notes très graves comme les basses profondes (ou basses « nobles »), souvent présentes dans la musique slave.

Les notes extrêmes dans l’aigu (au-dessus du do4 pour les hommes, et au-dessus du do5 pour les femmes ou les enfants) sont également appelées « contre-nom-de-la-note ». Exemple : le contre-ut du ténor correspond au do4, le contre-mi de la soprano au mi5.

 

Une vidéo pour vous.

Changer sa voix, la méthode secrète.

 

Amicalement: Jean Proulx

Johnny bass

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce Blog utilise CommentLuv